Le Gouvernement voudrait prendre de vitesse le mouvement social en multipliant les remises en cause de conquêtes sociales et les mesures de régression : plan de réduction de 120 000 postes de fonctionnaires en cinq ans (plus grand plan social de France !), menaces sur le statut de fonctionnaire, poursuite du gel du point d’indice qui pénalise le pouvoir d’achat, mauvaise compensation de la hausse de CSG, jour de carence, réforme des retraites…

Il est important que les aspirations populaires se fassent entendre fortement pour résister à cet acharnement libéral d’Emmanuel MACRON et de sa majorité parlementaire contre les services publics utiles au plus grand nombre. A l’inverse de l’austérité, des moyens existent pour améliorer la qualité du service public rendu aux usagers et garantir l’intérêt général et le progrès social : il faut mettre à contribution la finance et le grand capital en organisant un autre partage des richesses produites.

Les élus du Groupe communiste expriment également toute leur solidarité avec les luttes des cheminots pour l’avenir du transport ferroviaire face au coup de force du Gouvernement.

Le 22 mars, ensemble, mettons la démocratie dans la rue et défendons tous les services publics !