• 2ème sujet : la Vallée de la Sensée

Le canal Seine Nord traversera 21 communes du bassin de la Sensée. En ma qualité de Président de l’Institution Interdépartementale de la vallée de la Sensée, j’ai exprimé mes inquiétudes quant à l’impact du canal sur les nappes phréatiques et les zones humides de la Sensée.

Ce canal ne doit pas à nouveau pénaliser le territoire de la Sensée comme l’ont fait précédemment la réalisation des canaux du Nord et de la Sensée.

C’est pourquoi depuis la première réunion officielle du 15 mars 2005 du Comité mis en place pour suivre le projet je n’ai cessé d’interpeller la mission Seine nord afin d’obtenir toutes les garanties que la construction du futur canal et sa mise en fonctionnement ne porteront pas atteinte à l’environnement du bassin de la Sensée, à ses fonctionnements hydrauliques, hydrogéologiques et écologiques ainsi qu’aux habitants et à leur logement. La Vallée de la Sensée est le château d’eau du Nord – Pas de Calais.

Des zones humides risquent d’être impactées dont les étangs de Brunémont et d’Aubigny au Bac puisque la confluence entre le Seine Nord et le canal de la Sensée, non étanche à ce jour, aura lieu à ce niveau avec l’implantation d’une écluse.

Je rappelle que l’étang d’Aubigny au Bac est aussi une base de loisirs très fréquentée dans laquelle la CAD a réalisé beaucoup d’investissements.

Le travail de Rémy PAUVROS a permis à l’Institution d’intégrer le Comité Technique. Des études complémentaires sont en cours d’achèvement. Elles portent notamment sur les impacts hydrauliques de la connexion du canal Seine Nord Europe avec celui de la Sensée, sur les éventuels polluants sur les captages d’eau potable et sur le schéma d’alimentation du canal du Nord.

Nous devons donc être vigilants et exigeants puisque le canal Seine Nord Europe risque de ne pas présenter, pour des raisons financières, une étanchéité satisfaisante.